Bienvenue sur notre blog

Découvrez toutes les nouveautés Walter Learning, conseils et articles pour suivre sereinement votre formation en ligne.

Nous vous détaillons ici le cheminement qui d’une infection HPV mène parfois au cancer. Cet article est inspiré de notre formation HPV à destination des médecins généralistes, dispensée par le Professeur Carcopino.

Processus d'infection HPV au cancer

Au bout de 8 à 12 mois après l’infection par HPV, dans 80% des cas, le virus est éliminé. L’infection transitoire n’a pas pas de conséquences cliniques mais on observera évidemment un frottis anormal tant que la clairance virale ne sera pas totalement aboutie.

Chez une femme jeune, l’infection transitoire est fréquente et banale. Dans cette population, un dépistage induirait un grand nombre de positifs non pertinents (Faux positifs pour des lésions pré-cancéreuses).

En revanche, c’est si l’infection persiste qu’apparaissent des lésions. On les classe en deux catégories : lésions de bas (équivalent CIN 2/3) et haut grades (équivalent CIN 1)

On ne considère pas de continuité : les lésion de bas grade disparaissent sans trace dans 70% des cas en 2 ans tandis qu’elles ne précèdent pas systématiquement celles de haut grade.

Eléments pronostiques :

  • CIN1 ⇔ risque de cancer à 10 ans < 1/1000
  • CIN 2 ⇔ risque de cancer à 5 ans de 30%

Le temps entre infection et cancer dure plus de 10 ans.

Prévalence en fonction de l’âge 

La femme est infectée de facçon presque inévitable dans sa jeunesse une fois active sexuellement. En revanche, après 30 ans et avec l’âge, les infections sont moins fréquentes et le cas échéant sont susceptibles d’être persistantes et chroniques.

C’est une petite proportion de la population qui n’éliminera pas le virus et développera des lésions pré-cancéreuse vers 30 ans puis un cancer à 40 ans.

On observe un petit rebond des infections à la ménopause encore inexpliqué. On ne peut pas savoir quand et avec qui une patiente peut avoir été infectée. En effet un résultat positif peut caractériser une infection datant de plus de 15 ans. Mieux vaut ne pas évoquer inutilement l’infidélité.

La prévalence des différents type d’HPV

HPV 16 est de loin le virus le plus représenté dans le monde, suivi de HPV 18. HPV 45 est lui, très représenté en Afrique de l’ouest. HPV 18 est en revanche peu représenté chez les patientes CIN 2/3.

80% des cancers du col de l’utérus sont aux HPV 16 et 18.

N’attendez plus et inscrivez-vous à notre formation !

Dites nous ce que vous pensez de l'article

mettez vos commentaires ci-dessous